Miraculée à la mer en 2011, emportée dans les airs le 9 mars 2015, à 57 ans. Avant de partir pour l’Argentine, Florence Arthaud avait bouclé, en collaboration avec Jean-Louis Bachelet, le manuscrit de Cette nuit, la mer est noire que les éditions Arthaud ont sorti le 19 mars (192 pages, 16 euros).

 

Ses obsèques ont eu lieu lundi 30 mars après-midi en l’église Saint-Séverin, à Paris, où nombre de navigateurs et d’anonymes entouraient la famille et les proches. Un nouvel hommage lui sera rendu par ses amis marins, le 28 avril, dans l’archipel de Lérins au large de Cannes, devant l’île Saint-Honorat. Puis les cendres de Florence seront inhumées dans l’intimité familiale, avec celles de son père, sur l’île Sainte-Marguerite, auprès de son frère Jean-Marie.

 

Tandis que nous retraçons la carrière de Florence dans le numéro d’avril de Voiles & voiliers, actuellement en kiosque, nous publierons les bonnes feuilles de l’ouvrage dans le numéro de mai, à paraître le 16 avril.

 

 

Les mémoires de Florence Arthaud ont cela d’étrange et de poignant qu’ils relatent une mort promise, le 30 octobre 2011, et qu’ils sont finalement publiés à titre posthume. (© Arthaud)

 

 

Ce livre bref est construit autour de l’interminable nuit du 29 au 30 octobre 2011 où Florence Arthaud est tombée à la mer de son voilier de croisière, au large du cap Corse. Dédié à son père, Jacques, décédé le 26 novembre 2014, le texte est construit en alternant le récit au coeur de ces ténèbres où elle aurait dû mourir et des retours sur sa vie y faisant écho.

 

La partie nocturne est si j’ose dire la plus intéressante, le reste ayant déjà été livré pour une large part dans son livre précédent. Si le travail éditorial n’était vraisemblablement pas achevé avant l’accident (d’où la collaboration du susnommé Bachelet), le témoignage est sincère et touchant, nourri de cette expérience très proche de la fin.

 

Florence en avait retiré l’envie d’aider des femmes à naviguer, projet qu’elle n’aura pu mettre à exécution. Le fait que le livre soit publié posthume ajoute évidemment beaucoup à l’étrangeté et à l’émotion de ce texte relatant une nuit d’agonie sous la voûte étoilée et de renaissance sous le projecteur de l’hélico salvateur. Hélas, un miracle dans une vie, c’est déjà inespéré.

 

O.C.

 

Pour commenter un billet, lorsque vous êtes dans le défilement du blog, cliquez sur Commentaires en bas à droite de l’article concerné. Dans la lecture d’un billet en particulier, utilisez directement l’espace Commentaires au bas de celui-ci. Les commentaires sont librement ouverts à tous.

Pour rechercher des mots dans ce blog, utilisez la commande Recherche en haut à droite de l’écran. Ce moteur de recherche est indépendant de celui du site www.voilesetvoiliers.com.