Skip to Content

Monthly Archives: avril 2016

Fourmis

Par

 

Le sujet avait été prévu par le texte préparatoire des négociations mais aucune mention n’en avait été faite dans l’accord final de Paris concluant la COP21. La limitation des émissions de gaz à effet de serre par les navires n’en est pas moins l’un des thèmes évoqués depuis un certain temps par l’Organisation maritime internationale (OMI, IMO en anglais pour International Maritime Organization), encore ces derniers jours lors de la 69ème session de son Marine Environment Protection Committee (MEPC).

 

 

À un instant T de l’année 2012, l’état du trafic maritime mondial pour les types de navires les plus importants. Où l’on confirme notamment que la route de Suez entre la Chine et l’Europe est une autoroute. (© UCL Energy Institute)

 

 

On a beau savoir que le transport maritime assure 80 % du volume du commerce mondial, visualiser celui-ci sur un planisphère est intéressant, y compris pour prendre la mesure de sa pollution atmosphérique potentielle. C’est ce que vient de réaliser l’UCL Energy Institute en compilant les données AIS (Automatic Identification System) de l’année 2012 sur une carte interactive (il faut un navigateur internet récent et ne bloquant pas WebGL).

 

 

L’objectif de l’opération – en tout cas quant à son financement… -, est entre autres de quantifier le CO2 émis par les navires. (© Olivier Chapuis)

 

 

Ces 250 millions de données – on peut parler de big data -, permettent non seulement de suivre à la trace ces fourmis sur les océans du monde mais aussi d’estimer un certain nombre de paramètres liés à ces déplacements, notamment le CO2 émis. Cela dit, avant de ne plus croiser des navires fumant leurs soutes, la tâche promet d’être titanesque. Un travail de fourmi.

 

 

La collecte des données a été réalisée à partir de l’Automatic Identification System (AIS), ici à Gibraltar sur MarineTraffic le 27 avril 2016 à la mi-journée. (© MarineTraffic)

 

 

O.C.

 

Pour commenter un billet, lorsque vous êtes dans le défilement du blog, cliquez sur Commentaires en bas à droite de l’article concerné. Dans la lecture d’un billet en particulier, utilisez directement l’espace Commentaires au bas de celui-ci. Les commentaires sont librement ouverts à tous.

Pour rechercher des mots dans ce blog, utilisez la commande Recherche en haut à droite de l’écran. Ce moteur de recherche est indépendant de celui du site www.voilesetvoiliers.com.

Panama

Par

 

Depuis des lustres, son nom figure en caractères gras à la poupe de cargos symbolisant une forme d’optimisation fiscale. Le Panama reste le plus important pavillon de complaisance du monde selon les statistiques de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED, UNCTAD en anglais).

 

 

Ayant défrayé la chronique cet hiver dans le golfe de Gascogne, le Modern Express est l’un des innombrables cargos immatriculés au Panama. (© Marine nationale)

 

 

Si l’on analyse les chiffres officiels de son profil maritime (chiffres 2014), on constate que sa flotte sous pavillon national représente à elle seule 21,07 % de la flotte mondiale (en tonnes de port en lourd) ce qui est considérable pour un pays dont le produit intérieur brut ne représente que 0,06 % du PIB planétaire (en dollars) et qui ne possède en réalité que 0,22 % de ladite flotte mondiale.

 

En effet, le pavillon de complaisance (flag of convenience en anglais) est ainsi dénommé parce que la propriété réelle et les contrôles du navire se situent dans un pays autre que celui du pavillon sous lequel le bâtiment est immatriculé. Cela permet de faire des économies très substantielles en matière d’impôts et de sécurité mais aussi et surtout de droit du travail (salaires plus bas, conditions de travail moins bonnes).

 

 

Le premier scandale de Panama fut français et il fut lié au percement du canal. L’emprunt de 1888 (ci-dessus) n’empêcha pas la faillite de la compagnie, l’année suivante. Celle-ci provoqua la ruine de dizaines de milliers de souscripteurs et elle révéla la corruption d’une partie de la classe politique dans une retentissante affaire qui secoua longtemps la toute jeune et encore fragile Troisième République. (© DR)

 

 

Ainsi, près des deux tiers des navires marchands dans le monde sont sous pavillon de complaisance. Dans ce classement, le Panama totalise autant que ses deux poursuivants que sont le Liberia (12,13 % de la flotte mondiale) et les Îles Marshall (9,01 %). Quant à la France, pour stopper l’hémorragie de sa marine marchande face à ce dumping social, elle a créé un pavillon bis aux Kerguelen, le Registre international français (RIF).

 

Avec la proposition de loi sur l’économie maritime, dite loi Leroy, dont la lecture doit prochainement s’achever à l’Assemblée nationale puis au Sénat, le RIF sera désormais ouvert aux navires de plaisance à utilisation commerciale de plus de 15 mètres de long, au lieu de 24 mètres jusqu’à aujourd’hui.

 

 

Panama n’a pas le monopole du pavillon de complaisance. Certains ne sont pas classés comme tels par les uns mais le sont néanmoins par d’autres, c’est le cas de Singapour sous le pavillon duquel navigue ce bâtiment. (© Olivier Chapuis)

 

 

Au grand dam du gouvernement français, le RIF est classé pavillon de complaisance par l’International Transport Worker’s Federation (ITF). Étroitement liés par la première tentative de percement du canal, avant que les États-Unis ne reprennent l’affaire, le Panama et la France conservent quelques connexions…

 

O.C.

 

Pour commenter un billet, lorsque vous êtes dans le défilement du blog, cliquez sur Commentaires en bas à droite de l’article concerné. Dans la lecture d’un billet en particulier, utilisez directement l’espace Commentaires au bas de celui-ci. Les commentaires sont librement ouverts à tous.

Pour rechercher des mots dans ce blog, utilisez la commande Recherche en haut à droite de l’écran. Ce moteur de recherche est indépendant de celui du site www.voilesetvoiliers.com.