Skip to Content

Monthly Archives: janvier 2017

Le silence de la mer

Par

 

Foin de superlatifs. Puisque le maître artisan – le mot lui va si bien -, du Trophée Jules Verne 2016-2017 est d’une sobriété légendaire, point besoin d’en rajouter. Il est des performances qui s’imposent comme des évidences, lorsque la chance verse son petit grain de sel dans l’océan de persévérance, d’expérience, de préparation, de savoir-faire, de résistance, d’accoutumance à la vitesse, de compétences, d’intelligences et d’efforts que cumulent ce skipper, cet équipage, ce routeur et ce bateau magiques. Joie d’observer une telle beauté, un bonheur simple, le sentiment du travail bien fait. Puis – sans craindre l’oxymore quand on sait le sifflement du vent dans le gréement et le vacarme d’un tube de carbone lancé dans les vagues -, juste écouter le silence de la mer en regardant les oiseaux de Jean-Olivier Héron devenir des bateaux (il me donna envie de lire Voiles & voiliers, d’y travailler) et rire encore une fois aux facéties du grand Mike Peyton (idem)  qui a appareillé, lui aussi, ce vingt-cinq janvier, cinq jours après son quatre-vingt-seizième anniversaire.

 

 

(© François Van Malleghem / Idec Sport)

 

 

(© François Van Malleghem / Idec Sport)

 

 

(© Équipage / Idec Sport)

 

 

(© Jean-Marie Liot / Idec Sport)

 

 

 

(© Jean-Olivier Héron)

 

 

(© Mike Peyton)

 

 

(© Jean-Olivier Héron / Logo Voiles & voiliers)

 

 

 

O.C.

 

Pour commenter un billet, lorsque vous êtes dans le défilement du blog, cliquez sur Commentaires en bas à droite de l’article concerné. Dans la lecture d’un billet en particulier, utilisez directement l’espace Commentaires au bas de celui-ci. Les commentaires sont librement ouverts à tous.

Pour rechercher des mots dans ce blog, utilisez la commande Recherche en haut à droite de l’écran. Ce moteur de recherche est indépendant de celui du site www.voilesetvoiliers.com.

 

Les Apaches

Par

 

Époustouflant. Les superlatifs vont vite manquer pour qualifier  la progression des performances autour du monde, en parallèle du Vendée Globe. Après Thomas Coville, le persévérant consacré, c’est au tour de Francis Joyon et de son équipage du Trophée Jules Verne d’aligner des journées d’anthologie (876, 871, 869 milles…).

 

 

Perche à selfie tenue par Gwénolé Gahinet avec Sébastien Audigane à gauche et Alex Pella à droite (et à la barre). Les pare-brise ont explosé depuis cette photo. (© Idec Sport)

 

 

Repartis le 16 décembre, Francis Joyon, Bernard Stamm, Alex Pella, Gwénolé Gahinet, Clément Surtel et Sébastien Audigane (remplaçant Boris Hermann) ont doublé sur Idec Sport, ce 4 janvier à 03h50 heure française, le South East Cape de Tasmanie marquant le passage de l’océan Indien dans l’océan Pacifique (voir l’article S-23 sur les délimitations officielles des mers et des océans).

 

En 18 jours 18 heures 31 minutes depuis Ouessant, contre 20 jours 4 heures 37 minutes en décembre 2015 pour Spindrift 2, ils comptent plus de mille milles d’avance sur le record de Banque populaire V (alias Spindrift 2, 40 mètres contre 31,50 mètres, 14 hommes contre 6 équipiers), tandis qu’ils vont bientôt atteindre la mi-parcours théorique du Trophée Jules Verne et l’antiméridien.

 

Ils comptaient une petite journée de retard au cap des Aiguilles, doublé le 29 décembre 2016 à 06h41 heure française, et cette performance a donc été construite ces derniers jours. Sur une trajectoire tendue (VMC remarquable), ils viennent ainsi de pulvériser le record de l’océan Indien (qu’ils détenaient déjà), le portant de 7 jours en décembre 2015 à 5 jours 21 heures 9 minutes (en attente d’homologation World Speed Sailing Record Council ou WSSRC) !

 

 

Dès que la mer n’est plus rangée, les chocs rendent la vie à bord à la limite du supportable. Mais le routage de Marcel Van Triest et la navigation du bord permettent d’optimiser les positionnements et les angles favorables à une glisse vertigineuse. (© Idec Sport)

 

 

J’ai affiché une vitesse maxi de 40 noeuds parce que les garçons exagèrent tellement qu’on était à la limite de l’autodestruction du bateau. J’ai dû calmer un petit peu le jeu. On était vent de travers et quand il y avait des rafales, il fallait ouvrir les voiles, les reborder et ainsi de suite ” rapporte Francis Joyon.

 

Dans la bonne humeur, malgré la fatigue qui s’accumule, le froid glacial (chauffage parcimonieux à bord), l’humidité qui s’infiltre partout, les pare-brise qui explosent et les petites avaries qu’il faut traiter aussitôt afin qu’elles ne dégénèrent pas, la plateforme de l’ex Groupama 3 s’avère décidément remarquable, son “ petit ” gréement aussi et par dessus tout, ces Apaches là sont des braves !

 

O.C.

 

Pour commenter un billet, lorsque vous êtes dans le défilement du blog, cliquez sur Commentaires en bas à droite de l’article concerné. Dans la lecture d’un billet en particulier, utilisez directement l’espace Commentaires au bas de celui-ci. Les commentaires sont librement ouverts à tous.

Pour rechercher des mots dans ce blog, utilisez la commande Recherche en haut à droite de l’écran. Ce moteur de recherche est indépendant de celui du site www.voilesetvoiliers.com.