Skip to Content

Monthly Archives: mars 2017

Triomphe ?

Par

 

Quand on sait combien il s’en perd à la mer chaque année, on est en droit d’accoler un point d’interrogation au titre triomphant. Officiellement mis en service ce 27 mars 2017, le MOL Triumph est le plus grand porte-conteneurs du monde. Long de 400 mètres et large de 58,80 mètres pour une hauteur de 32,80 mètres, sa capacité d’emport est de 20 150 EVP (Équivalent vingt pieds, mesure d’un conteneur standard : environ 38,5 mètres cubes) soit 6 350 EVP de plus qu’il y a sept ans, une hausse de 46 % qui donne une idée de la course à l’armement…

 

 

Lège, le MOL Triumph est déjà impressionnant. Avec ses milliers de conteneurs, il faudra espérer que tout se passe bien… (© SHI)

 

 

Construit par Samsung Heavy Industries (SHI), à Geoje en Corée du Sud, pour l’armement japonais Mitsui OSK Lines (MOL), le MOL Triumph qui a été baptisé le 15 mars avait été commandé en février 2015 et sa construction avait débuté en janvier 2016. Ses émissions de CO2 seraient réduites de près de cinquante pour cent par conteneur, par rapport à la génération des 8 000 EVP. Quatre sister-ships devraient suivre (plus deux autres chez un autre constructeur) et – même si un coup d’arrêt économique a été donné l’an dernier après leur commande -, pas moins de dix unités de plus de 20 000 EVP devraient être livrées par SHI en 2017. En attendant les 21 000 EVP dès la fin de l’année…

 

O.C.

 

Pour commenter un billet, lorsque vous êtes dans le défilement du blog, cliquez sur Commentaires en bas à droite de l’article concerné. Dans la lecture d’un billet en particulier, utilisez directement l’espace Commentaires au bas de celui-ci. Les commentaires sont librement ouverts à tous.

Pour rechercher des mots dans ce blog, utilisez la commande Recherche en haut à droite de l’écran. Ce moteur de recherche est indépendant de celui du site www.voilesetvoiliers.com.

 

Trumpette

Par

 

Voici ce qu’on pouvait lire dans la presse, il y a deux cents ans, à propos de l’Acte de navigation voté par le Congrès des États-Unis d’Amérique, rapporté dans la Gazette commerciale de Boston du 24 mars 1817. Trois semaines après l’investiture de James Monroe (1758-1831) pour son premier mandat. Six ans avant la fameuse doctrine Monroe.

 

“ 1. Aucune marchandise ne peut être importée dans les États-Unis que sur des bâtiments appartenant à un citoyen de ces états, à moins qu’elle ne soit un produit naturel ou manufacturé du pays auquel appartient le vaisseau qui l’apporte.

 

2. Dans tous les cas de contravention à l’article précédent, le vaisseau et la cargaison seront confisqués.

 

3. Les primes accordées aujourd’hui aux bateaux de pêche, seront dorénavant refusées à tous ceux dont les officiers et les trois quarts de l’équipage ne seront pas citoyens des États-Unis.

 

 

Bas les pattes ! dit le président Monroe dans cette caricature de la doctrine éponyme de 1823. Laquelle refuse le colonialisme européen en Amérique et théorise une non-intervention des États-Unis, toute relative. (© DR)

 

 

4. Le cabotage n’est plus permis qu’aux bâtiments et aux matelots du pays.

 

5. Un droit de tonnage est imposé sur les bâtiments des États-Unis qui passeront du port d’un état au port d’un autre état.

 

6. Un droit de tonnage sera prélevé sur les vaisseaux américains arrivant de ports étrangers, à moins que les deux tiers de l’équipage ne soient composés de citoyens des États-Unis. ”

 

Tout change, rien ne change.

 

O.C.

 

Pour commenter un billet, lorsque vous êtes dans le défilement du blog, cliquez sur Commentaires en bas à droite de l’article concerné. Dans la lecture d’un billet en particulier, utilisez directement l’espace Commentaires au bas de celui-ci. Les commentaires sont librement ouverts à tous.

Pour rechercher des mots dans ce blog, utilisez la commande Recherche en haut à droite de l’écran. Ce moteur de recherche est indépendant de celui du site www.voilesetvoiliers.com.