Dans la série les petits bateaux qui ont des jambes, le Seafox 5 se pose là. Plus les éoliennes grandissent – à l’instar de celle que prépare General Electric dans ses usines françaises de Saint-Nazaire, Nantes et Cherbourg (260 mètres de hauteur et des pâles de 107 mètres pour une puissance de 12 mégawatts)  -, plus les navires auto-élévateurs de type jack-up qui les posent au fond de l’eau doivent se hisser haut dans les airs.

 

 

 Le Seafox 5 lors de ses essais récents à Rotterdam, après ses modifications (© Damen).

 

 

Ainsi, le Seafox 5 de la compagnie néerlandaise Seafox (immatriculé à l’île de Man) vient de bénéficier de modifications au chantier Damen Verolme de Rotterdam. Lancé en 2012, long de 151 mètres de long pour 50 mètres de largeur et 9,75 mètres de tirant d’eau, ses quatre pieds et sa grue d’une capacité de 1 200 tonnes lui permettent désormais de travailler jusqu’à 68 mètres de profondeur.

 

 

Notez les quatre pods de propulsion, orientables sur 360 degrés. (© Damen).

 

 

Cent cinquante personnes peuvent vivre à bord et évoluer sur le pont de 3 750 mètres carrés du Seafox 5. Celui-ci est tantôt flottant, tantôt perché aussi haut que ses jambes de 106 mètres émergent de l’océan. Mieux vaut ne pas l’oublier quand on s’accoude au parapet du renard des mers…

 

 

O.C.

 

 

S’il n’y a toujours pas la moindre éolienne opérationnelle dans les eaux territoriales françaises de métropole, la construction navale n’en est pas moins considérablement augmentée, depuis des décennies, dans nombre de pays d’Europe du Nord, tandis que le Danemark vient de démanteler le premier champ éolien du monde, inauguré il y a vingt-cinq ans… (© Damen).

 

 

Pour commenter un billet, lorsque vous êtes dans le défilement du blog, cliquez sur Commentaires en bas à droite de l’article concerné. Dans la lecture d’un billet en particulier, utilisez directement l’espace Commentaires au bas de celui-ci. Les commentaires sont librement ouverts à tous.

Pour rechercher des mots dans ce blog, utilisez la commande Recherche en haut à droite de l’écran. Ce moteur de recherche est indépendant de celui du site www.voilesetvoiliers.com.